Le Bonhomme

Auteurs : Poirier, Christian

collection :

date de parution 03/2014

ISBN : 978-2-84562-249-4

102 p. / 14 x 22 cm / 10 €.

Ce recueil est sans doute la traduction même du paradoxe de la création entre le flash de ce que Rimbaud appelle la « voyance » et la lente maturation qui rendit muet Mallarmé pendant près de vingt ans.
Le « Bonhomme » est donc, en quelque sorte, la longue attente d’une amande qui mit des décennies avant de germer ; une promesse qu’on se fait et qui, dans la lenteur, traverse l’humus pour passer d’un hasard à une nécessité.
Ce malheureux n’est pas un être dérisoire, mais signe l’arrêt du regard sur une goutte d’averse ou de rosée déjà océane ; insignifiance allégorique qui donne forme et vie à l’énigmatique poésie.

Christian Poirier.

Extrait de la préface de Jacques Ancet :
Le poème serait donc un bonhomme de neige – une forme momentanément donnée à l’informe. Plus même : un travail du vide. De ce vide qu’est toute vie humaine. Écrire, ce serait, par les mots, délimiter le vide, le circonscrire et donc pouvoir le regarder en face. En en perdant la parole et la langue, au double sens du terme. Christian Poirier le dit d’une manière saisissante :
[...]
On a des trous dans la langue. On voudrait dire les trous. On n’a plus de langue.
Sur la lèvre le poème du vide dans la vie.
Le poème du vide
Le vide

mots associes


mentions légales | SPIP | webdesign CHOC 02 | | Plan du site |  RSS 2.0