PEY, Serge

Poète, plasticien, romancier, philosophe du poème, Serge Pey est un des représentants déterminant du mouvement d’avant-garde de l’art-action. France-culture se fait régulièrement l’écho de l’œuvre orale et sonore (Ateliers de créations radiophoniques René Farabet, Demain la poésie, Ça rime à quoi, Poésie sur parole, Lost highway…) de cet auteur prolifique (une cinquantaine d’ouvrages).

L’université Sophia Antipolis de Nice, sous la direction d’Andreas Pfersmann, lui a consacré un ouvrage collectif : « Serge Pey et l’internationale du rythme » dans lequel sont intervenues des voix essentielles de la poésie et de la recherche contemporaine comme Henri Meschonnic, Bernard Noël ou Michaël Lowy. Plusieurs anthologie chez Gallimard mêlent sa voix à l’histoire contemporaine de la poésie : Orphée studio, Poèmes à dire, Éros émerveillé, Les poètes de la Méditerranée. Les Éditions Flammarion viennent de publier son dernier ouvrage accompagné d’un DVD retraçant la plupart de ses performances : Ahuc, Poèmes stratégiques.

L’œuvre plastique de Serge Pey a été présentée à Beaubourg, à l’IMEC, à Maison rouge, ainsi que dans le cadre de l’exposition itinérante de Jean-Jacques Lebel et de son livre : L’un pour l’autre, les écrivains dessinent (Buchet-Chastel). Le Centre d’art contemporain de Toulouse, les Abattoirs, le Centre de préhistoire de Tarascon, ainsi que nombre d’institutions toulousaines et internationale accueillent ses bâtons de poésie visuelle.

Quelques disques sonores accompagnent son œuvre écrite : Tribu avec Allen Ginsberg, Les Diseurs de musique avec Nhin le Quand, Michel Doneda, Daunick Lazro, Étage 34, Nous sommes cernés par les cibles avec André Minvielle, l’Évangile du serpent et Nihil et consolamentum avec Dominique Regeff, Éric Fraj et Jean-Pierre Lafitte. Avec de nombreux artistes contemporains comme Manu Chao, Denis Lavant, Daniel Pennac… il vient de réaliser un hommage aux récits rebelles du Sous-commandant Marcos aux Éditions Le Muscadier.

Son livre Le Trésor de la guerre d’Espagne (Zulma) a été couronné par les prix Boccace de la nouvelle, celui de la ville de Balma et celui Lucioles des libraires.

Théoricien des relations entretenues entre l’écriture et le corps, penseur des rituels de la parole et des espaces subversifs de la poésie publique, Serge Pey dirige le séminaire/atelier de poésie d’action et le chantier d’art provisoire de l’Université de Toulouse-Jean-Jaurès.

Le prix de poésie Robert Gonzo lui a été décerné en juin 2013, lors du festival « Les étonnants voyageurs », pour l’ensemble de son œuvre.

les ouvrages de cet auteur :


mentions légales | SPIP | webdesign CHOC 02 | | Plan du site |  RSS 2.0