Parrini, Fabrizio

J’ai toujours pensé l’écriture comme récit, comme raison de vivre, comme sens profond de l’existence sans exclure aucune expérience. Le chant qui devient monologue en présence du public m’a toujours poursuivi et fasciné à côté de l’écriture plus convenue composée pour être lue dans l’espace blanc de la page.
C’est pour cela que j’ai fondé une école de théâtre en 1995 et publié Chants pour la scène, une anthologie de mon travail poétique et théâtral. Vient tout de suite après Un cheval dans le ciel, pour raconter la diversité du genre humain telle que j’avais pu la rencontrer dans une école particulière. J’ai toujours aimer raconter des histoires de vies particulières comme celles de Marina Tsvetaïeva, d’Anton Tchekov et les histoires minuscules de qui a résisté avec force et courage à la fureur de la Shoah.
J’ai publié de nombreux livres de vers et de prose. Enseignant l’histoire de l’art à Volterra j’ai beaucoup écrit sur les « Descentes de la croix » et sur l’histoire. J’ai fondé notamment le Théâtre de l’âme avec Roberto Veracini donnant des dizaines de lectures publiques dans l’église volterrane de San Dalmazio. Pour les Editions Clichy j’ai écrit Carmelo Bene. Le Théâtre du néant et pour le Vicolo, Fides en hommage à Renato Serra.
Depuis l’enfance le football a été pour moi une passion et une révélation. Pouvoir raconter en vers mes footballeurs préférés a été une grande et excitante aventure et une opportunité pour créer des figures épiques qui montrent le football comme une des expressions les plus fascinantes de la culture des hommes.

les ouvrages de cet auteur :


mentions légales | SPIP | webdesign CHOC 02 | | Plan du site |  RSS 2.0