Souvent, je pense à Jack

Auteurs : Dupont, Jean-François

collection :

date de parution 03/2013

ISBN : 978-2-84562-215-9

136 p. / 14 x 20,5 cm / 10 €

Avec Souvent, je pense à Jack, Jean-François Dupont a choisi d’évoquer le suicide de son camarade Jack, à l’âge de dix-neuf ans. « Je souhaite m’enfoncer dans cette zone grise que je m’étais efforcé d’oublier », confie son auteur. Comment se remet-on d’un suicide ? Quelles en sont les causes ? Le narrateur glisse peu à peu des pas de Jack à ses propres pas, de l’adolescence de son ami à sa propre adolescence, dans une écriture fluide, noire et percutante, pour finalement dresser un portrait de la France des années 80, de ses jeunes, de leur mal-être. Un livre qu’on n’oublie pas, une fois la dernière page terminée. Une façon de penser, nous aussi, souvent à Jack.

Extrait du livre (texte de quatrième de couverture) :

Il s’est suicidé le 21 décembre 1977, une semaine après son dix-neuvième anniversaire. En réalité, il se prénommait Jacques, ses parents l’appelaient Jacky. Certains de ses amis ont accéléré son prénom, fouetté cette syllabe. Jack ! Un son vif et sauvage [...] Un visage de BD. Un petit nez rond. Des yeux inquiets derrière d’épaisses lunettes. Des gestes aussi, démesurés, comme incontrôlés. Il adorait faire craquer ses phalanges. Je ne sais pas ce que j’ai fait de ce cliché qu’il a pris lui-même à bout de bras. Image floue, moitié pochette de disque, moitié signal de détresse. Souvent, très souvent, je pense à Jack. Et je ne sais toujours pas pourquoi.

Jean-François Dupont

Lire le communiqué de presse

mots associes


mentions légales | SPIP | webdesign CHOC 02 | | Plan du site |  RSS 2.0